Au Québec, bien que le taux de suicide chez les personnes âgées soit inférieur aux taux des autres groupes d’âge, la situation n’en demeure pas moins préoccupante.  En effet, le nombre de décès chez les personnes âgées augmente compte tenu de la proportion d’aînés qui s’accroît avec le vieillissement de la population.

Les personnes âgées qui ont des idées suicidaires et qui font des tentatives de suicide désirent mettre fin à leur souffrance et en viennent à croire qu’il n’y a pas d’autres solutions.  Les événements de vie pouvant augmenter la vulnérabilité d’une personne:

  • la mort du conjoint;
  • les nombreuses pertes de parents et d’amis;
  • la maladie physique et les douleurs chroniques;
  • la dépression qui est souvent non diagnostiquée et non traitée;
  • L’isolement social et le sentiment de solitude;
  • l’arrivée de la retraire non planifiée;
  • l’insécurité financière;
  • le placement qui survient;
  • les effets secondaires des médicaments qui peuvent provoquer des symptômes dépressifs;

 

Or, une personne âgée isolée qui souffre de dépression (ou d’un autre problème de santé mentale), dont la santé physique est fragile et qui vient de vivre une perte significative (décès, emploi, déménagement ou placement), doit être considérée comme plus vulnérable au suicide.

Ces messages souvent difficiles à comprendre se traduisent par des changements de comportements ou par des messages verbaux:

Comportements

  • augmentation de la consommation d’alcool et de médicaments;
  • changements dans l’apparence physique;
  • comportements désorganisés: ne s’habille plus, se lève très tard, n’entretien plus sa maison;
  • changements dans ses relations avec les autres; irritable, impatiente, plus solitaire;
  • achat d’une arme à feu;
  • entreposage de médicaments;
  • tristesse et pleurs fréquents;
  • perte d’intérêt pour les activités sociales;
  • don d’objets chers à son entourage;

 

Les messages verbaux

  • « La vie n’a plus de sens. »
  • « Vous seriez mieux sans moi. »
  • « Je me sens inutile »
  • « La vie ne m’apporte plus aucun plaisir. »
  • « Je suis fatigué de la vie. »
  • « Je veux en finir. »
  • « Je n’ai plus de raison de continuer. »

 

Chacun de ces indices pris individuellement n’est pas significatif.  C’est une combinaison de ceux-ci qui traduit une idée suicidaire.  C’est pourquoi il faut être attentif aux personnes âgées et toujours prendre au sérieux le message suicidaire.

La famille joue un rôle important pour reconnaître la détresse psychologique d’une personne âgée et pour prendre les moyens nécessaires afin de lui venir en aide.  Il ne faut pas hésiter à agir!

Que faire?

  • Demandez directement à la personne âgée si elle pense au suicide et tentez d’obtenir des réponses claires (Comment? Ou? Quand?).
  • Tentez de comprendre ce qui intolérable chez la personne en l’encourageant à exprimer ses émotions.
  • Vérifiez si elle reçoit une aide appropriée à sa condition physique. Si oui, s’assurer que la médication soit bien ajustée et prise telle que prescrite et vérifier le nombre et les noms des médicaments disponibles.
  • Vérifier s’il y a un réseau de soutien autour de la personne.
  • Intéressez-vous à ses raisons de vivre, à ce qui la maintient en vie (proches, croyances, valeurs, héritage à transmettre, etc.)
  • Demandez de l’aide, ne restez pas seul.

Si la détresse d’une personne âgée vous préoccupe, n’hésitez pas à nous contacter au 1-866-APPELLE (1-866-277-3553).

Informations tirées du dépliants « Le suicide chez les personnes âgées » créé par le CPS de Québec.

Pin It on Pinterest

Share This