Même s’il nous est difficile de l’admettre, le suicide chez les enfants de 6 à 12 ans est présent et souvent sous-estimé.

En effet, les enfants sont parfois confrontés à des situations ou à des événements qui leur paraissent tellement difficiles à surmonter, considérant leur rationnel d’enfant et leur peu d’expérience de vie, qu’ils leur donnent l’impression d’être sans issue.

Cette position devient intolérable à vivre et tout comme chez l’adulte, l’enfant percevra le suicide comme étant la seule issue à l’arrêt de cette souffrance, d’où l’apparition des idées suicidaires.

Les idées suicidaires d’un enfant doivent toujours être prises au sérieux.  Il est important de ne pas minimiser les signe de souffrance exprimés par l’enfant et d’intervenir auprès de lui.

Les signes de souffrance

Les enfants, comme les adultes, tentent de faire comprendre aux autres leur souffrance et leur sentiment de désespoir.  Ils peuvent par exemple essayer de le faire:

1. Par la parole

  • dire son désespoir: « je suis tanné ».
  • dire des mots aux parents et aux amis tels: « tu me détestes, un jour je vais me tuer ».
  • dire qu’on aimerait mieux être mort: « un jour, je vais me tuer », « je vais me jeter devant une voiture » ou « je vais aller au ciel et être heureux. »
  • Dire qu’il aimerait que grand-papa (ou une autre personne décédée) vienne le chercher.

2. Par des gestes

  • être seul dans son coin;
  • ne plus voir ses amis ou changer souvent d’amis;
  • détruire agressivement des choses;
  • manger moins ou plus que d’habitude;
  • dormir plus ou avoir de la difficulté à s’endormir;
  • se préoccuper de plus en plus de la mort;
  • adopter des comportements « casse-cou ».

 

3. Par des sentiments

  • pleurer souvent ou rire pour rien;
  • être triste;
  • se déprécier soi-même;
  • être souvent en colère;
  • ne plus prendre de plaisir à rien.

 

Que faire devant de telles manifestations?

Si votre enfant vous inquiète, s’il vous semble émettre des messages suicidaires, il vous faut:

  • aborder directement la question avec lui. Demandez-lui s’il pense à mourir.
  • être à l’École. Permettez-lui d’exprimer sa peine et sa souffrance, et ce, même si la situation invoquée peut vous sembler superficielle.
  • Vérifier  ses connaissances du suicide.  Tentez de savoir ce que votre enfant connaît du suicide et de la mort. Demandez à votre enfant des précisions sur sa façon de vouloir se suicider.
  • Rassurer votre enfant.  Montrez-lui votre amour et soyez présent.
  • Aider votre enfant à développer ses habiletés à résoudre ses problèmes.  Apaisez votre enfant et regardez ensemble des façons d’améliorer  la situation. Explorez ce qu’il peut faire lui-même et ce qu’il attend de vous.
  • Valoriser chacun de ses succès afin de souligner ses capacités et ses efforts.
  • Encourager votre enfant à vous faire part de ses désirs de vouloir mourir à toutes les fois ou son esprit sera effleuré par cette idée.
  • Établir avec votre enfant une liste de personnes ressources qui pourront l’aider au besoin et avisez ces personnes de la situation.

 

Si vous sentez que la situation vous dépasse et que vous vous sentez pris au dépourvu, il est important de demander de l’aide.  N’hésitez pas à contacter l’un de nos intervenants au : 1-866-APPELLE (1-866-277-3553).

Informations tirées du dépliants « Le suicide chez les personnes âgées » créé par le CPS de Québec.

Pin It on Pinterest

Share This